La faiblesse du système judiciaire est l'une des causes de la montée en puissance des gangs dans le pays, estime l'ex ministre de la justice Bernard Gousse. Outre des dysfonctionnements récurrents, le juriste attire l'attention sur le grand nombre de dossiers attribués à chaque juge d'instruction.

Pour lui ces magistrats ne peuvent dans le délai légal de 3 mois boucler plus de 200 investigations.

De plus M. Gousse fait remarquer que les juges d'instruction siègent également au civil, au commercial et dans d'autres tribunaux. Il insiste sur la nécessité pour que les juges se concentrent uniquement sur les instructions et non sur audiences de jugement.

Par ailleurs l'ex ministre de la justice est préoccupé par l'absence de juges spécialisés notamment sur la délinquance financière. Il estime indispensable que des magistrats bénéficient d'une formation spéciale et soient regroupés en cellule.

D'autre part il regrette la vulnérabilité des juges par rapport aux parlementaires et au chef de l'état. Il fait référence notamment aux préoccupations des magistrats relatives aux renouvellement de leur mandat.

LLM / radio Métropole