Invité à la rubrique le Point de Radio Télé Métropole, ce lundi, le chef de l'état a exprimé son soutien au commissaire Normil Rameau, nommé à la tête de la PNH en août 2019, de manière laconique :
« Le président de la République nomme le directeur général de la Police Nationale d'Haïti, mais ne le commande pas directement. Lorsque je n'ai plus confiance en un responsable, je le relève de ses fonctions. Là ce n'est pas le cas. »
Néanmoins, Jovenel Moïse a reconnu qu'il y avait un problème au niveau des institutions sensées assurer la sécurité dans le pays.
Selon le président depuis 2015 on assiste à une lente dégradation de la situation sécuritaire dans le pays, liée, estime-t-il, à la circulation d'armes de guerre. Toutefois le président a nié toute responsabilité dans cet état de fait :
« Nous avons en partie hérité de la situation actuelle, mais à aucun moment le palais national n'a contribué à l'entretenir. Je n'ai aucun lien avec les bandits, je ne leur distribue pas d'argent, ni d'armes pour qu'ils maintiennent l'ordre dans leur quartier. »
Le chef de l'état a également insisté sur le fait qu'il n'y a aucun intouchable dans son entourage et a rappelé que sur les 1200 employés du palais national, une trentaine tout au plus fait partie de ses proches.

AL / radio Métropole Haïti