Le coordonnateur du parti UNIR, Clarens Renois s'est montré extrêmement critique envers la PNH, lundi pendant le grand journal du soir de Radio Métropole :
« Il y a un cancer au sein de la police, elle est totalement désunie, politisée et en résumé, on pourrait considérer qu'elle est pourrie. »
Cependant il a estimé que remplacer l'actuel directeur général par un autre ne pouvait être la solution, bien qu'il considère que l'état de confusion régnant au sein de l'institution s'apparente à une rébellion qui ne dit pas son nom :
« Qui peut tolérer cet état de fait. A quelques centaines de mètres du palais national, des quartiers entiers échappent totalement au contrôle de l'état. Comment accepter qu'un bandit recherché comme "Barbecue" puisse livrer à la police, un autre fugitif en toute impunité. Les directives du chef de l'état ne sont plus suivies d'effet. »
Aujourd'hui, l'insécurité doit être considérée comme le vrai problème de la société haïtienne. Il doit être adressé sérieusement par les autorités en toute urgence, a insisté le leader du parti UNIR qui ne s'était pas exprimé sur les ondes de Radio Métropole depuis le mois d'aout dernier.

AL / radio Métropole Haïti