Le président de l'Association des professionnels de magistrats s'étonne du désaccord entre le ministère de la justice et le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) en ce qui à trait au processus de certification des magistrats. Le juge Saint Villé s'interroge sur la sincérité de la démarche du ministère de la justice qui pourrait avoir un objectif caché.

Il explique que la commission mixte de certification a déjà soumis plusieurs rapports au conseil du CSPJ. Il ne s'agit pas de la première composition de la commission de certification, dit-il rappelant que le ministre Heidi Fortuné avait délégué 3 représentants à la commission.

Le président de l'APM révèle que des ressources financières ont été récemment mobilisées pour le fonctionnement de ladite commission.

En ce qui a trait aux réserves du gouvernement sur la révocation des magistrats non certifiés, le juge Saint Villé souligne que le ministère de la justice ne peut intervenir dans la certification des juges. Tous les magistrats non encore certifiés ont un statut provisoire, argue le juge Saint villé expliquant qu'il s'agit des dispositions de la loi portant statut de la magistrature . L'approbation du ministère de la justice n'est pas nécessaire , insiste le president de l'association des professionnels magistrats.

Il fait remarquer que le ministère intervient uniquement lorsqu'il s'agit de sanctions disciplinaires prononcés par un tribunal. Le processus de certification ne doit pas être confondu avec les sanctions.

Toutefois il exhorte les membres de la commission à s'acquitter de leur tâche avec objectivité.

LLM / radio Métropole Haïti