Après les chocs encaissés ces dernières années, la controverse qui s'ouvre entre Preble Rish, la firme chargée des fournitures de carburant, et l'état, ouvre une nouvelle phase des relations entre le gouvernement et le secteur privé des affaires, selon l'économiste Kesner Pharel :
« Cette controverse va encore contribuer à la détérioration de l'environnement des affaires dans le pays, ce qui est inquiétant, car Haïti sort de deux années de contraction économique. L'ensemble de la population risque encore de faire les frais d'un conflit entre les secteurs publics et privés. »
La note publiée vendredi dernier, par Preble-Rish porte directement atteinte à l'image du Bureau de Monétisation des Programme de Développement (BMPAD), dans un contexte où les bailleurs internationaux ont des doutes sur la capacité de gestion des autorités haïtiennes, ajoute Kesner Pharel :
« Le récent budget qui prévoit un financement interne de 92 milliards de gourdes ne va pas améliorer la réputation des autorités haïtiennes. Dans tous les cas de figure, il ne profitera pas non plus, à la jeunesse, ni aux générations futures. »
Extrêmement préoccupé par la situation économique du pays, l'économiste a déploré l'exemple donné par l'actuel gouvernement qui tente de donner des leçons, sans jamais respecter les normes.

AL / radio Métropole Haïti