L'homme politique haïtien, M. Daniel Supplice, dénonce la confusion dans la création de l'Agence Nationale d'intelligence (ANI). S'il admet qu'un service de renseignement est indispensable pour un état, l'ex ministre met en garde contre toute velléité de remettre en selle la police politique sous la dictature des Duvalier.

M. Supplice, qui fut membre du gouvernement de Jean Claude Duvalier, explique que le renseignement n'était pas lié à la police politique à l'époque des Duvalier. Le Renseignement incluait plusieurs directions dont le service d'immigration et les Douanes, souligne M. Supplice faisant valoir que les renseignements concernent tous les aspects économiques et sociaux notamment.

En ce qui a trait à la police politique elle était contrôlée par la deuxième section de la hiérarchie militaire. C'est l'abréviation S 2, pour Section deux, prononcé maladroitement et connue sous l'appellation SD, explique M. Supplice.

Il redoute que les autorités gouvernementales tentent de relancer le fameux S2 qui avait organisé la grande répression sanglante sous les administrations de François et Jean Claude Duvalier. M. Supplice soutient que le décret créant l'ANI comporte de nombreux articles incompatibles avec la constitution. Il attire l'attention notamment sur l'immunité des agents du Service.

LLM / radio Métropole Haïti