Le directeur général du ministère de la santé publique, le docteur Lauré Adrien exprime son inquiétude face à l'augmentation du nombre de cas de coronavirus observée ces derniers jours :
« 49 des 56 nouveaux cas sont répertoriés dans le département de l'Ouest. C'est désormais le principal foyer de la maladie dans le pays. Du 1er novembre à date, le taux de tests positifs est passé de 8,9% à 15,6%. Ce qui est plus qu'inquiétant. »
Le docteur Adrien exprime sa préoccupation face à cette situation, car selon lui, les Haïtiens se sont relâchés après la première vague. Ils ont assez clairement baissé la garde, déplore le responsable. Alors qu'il faudrait, selon lui, prendre conscience que la maladie évolue par phase et au contraire redoubler de vigilance.
Une 2e vague était prévisible reconnait le docteur Adrien. Il rappelle que jusqu'ici le pays a privilégié le combat au niveau communautaire tout en testant uniquement les personnes qui présentaient des symptômes. Toutefois pour l'instant le pire n'est pas envisagé, bien qu'il ne soit pas certain que la 2e vague sera aussi clémente que la précédente pour Haïti :
« Le confinement n'est pas souhaitable en raison de son effet sur le bien-être de la population. Il n'est pas non plus, question pour l'instant question d'imposer le vaccin, même s'il est possible que des circonstances impliquent une vaccination. »
Selon les dernières données fournies par le ministère de la santé, on a dépisté 56 nouveau cas de coronavirus dans la pays le 11 décembre 2020. Le bilan global depuis le 19 mars dernier, date de l'introduction de la maladie en Haïti, est donc de 9565 personnes infectées, 234 décès et 8274 personnes traitées.
Des chiffres alarmants qui amènent le ministère à renouveler, dans son dernier avis, son appel au respect des principes barrières en vue d'empêcher la propagation de la maladie dans le pays.

AL / radio Métropole Haïti