Adepte d'une transition de rupture après le 07 février 2021, l'ancien gouverneur de la Banque de la République d'Haïti, Fritz Jean est de ceux qui ont porté le manifeste pour une transition de rupture sur les fonds baptismaux en octobre dernier.
Selon lui ce document exprime la nécessité de changer de forme de gouvernance au plus vite pour éviter le chaos :
« La situation est explosive. Il était nécessaire de se concerter pour définir un pacte de gouvernance, dans le cas contraire on risque d'entrer dans un environnement chaotique après le 07 février 2021. »
En ce sens un document d'entente national, synthèse des concertations qui se sont poursuivies depuis le mois d'octobre devraient être publié dans les semaines qui viennent a-t-il révélé ce mardi pendant le journal du matin de radio Métropole.
« Nous avons pris conscience que la situation est devenue intenable surtout pour les plus faibles. Nous ne parlons pas d'une simple transition, mais d'une rupture totale avec une forme de gouvernance. Nous avons fait le choix d'un état stratège, réformateur, qui aura des relations différentes avec le reste de la société et notamment le secteur économique. »
Le 08 octobre dernier, 35 partis et regroupement de l'opposition ont présenté un manifeste pour une transition de rupture afin de poser les jalons d'un nouvel état. Un document issu des réflexions de l'opposition au sens large, mais qui étrangement implique l'avenir de tous les citoyens du pays, quelle que soit leur couleur politique.

AL / radio Métropole Haïti