Les grèves se suivent et se ressemblent dans le système judiciaire haïtien. C'est pratiquement une situation de grève quasi permanente dans les tribunaux et Cours de la République.

Au cours des trois dernières années les divers acteurs du système judiciaire ont réalisé des grèves plus ou moins longues qui ont perturbé ce service public. Les Magistrats, les huissiers, les greffiers et les parquetiers ont observé des arrêts des travail le plus souvent pour obtenir des ajustements de salaire.

De temps à autre les avocats, acteurs du systeme également, organisent des grèves pour protester contre les autorités gouvernementales.

Les grèves, combinées aux problèmes d'insécurité aux dysfonctionnements notamment à la Cour d'appel de Port-au-Prince, tendent à rendre la justice pratiquement inexistant.

Hier lundi les parquetiers avaient annoncé une trêve dans leur grève pour réclamer des traitements équivalents à ceux des magistrats assis. Quelques minutes plus tard l'Association des greffiers annonçait la fin de leur trêve. Leur grève reprendra le 12 janvier 2021.

Le système judiciaire ne devrait fonctionner normalement que durant les 4 prochains jours.

Pour les syndicats de juges de paix, de juges de première instance et de Cour d'appel, les huissiers, les greffiers et les parquetiers, la grève apparaît comme la principale arme pouvant faire fléchir les autorités. En novembre 2020 des juges de la Cour de cassation avaient boycotté la tenue d'une audience en empêchant que le quorum soit atteint.

LLM / radio Métropole Haïti