L'Espace de Concertation se garde de réagir à la publication des dates du 21 mai et du 25 juin retenues par le CEP pour la tenue du scrutin.

Les dirigeants de l'Espace de Concertation exigent des garanties claires en vue de leur participation aux élections. L'Espace dénonce la violence entretenue dans le pays, nous citons, par les "chimères qui jouissent de l'impunité du côté du pouvoir." Les responsables de l'Espace estiment qu'on ne peut parler de la réalisation d'élections libres dans la conjoncture actuelle.

Par ailleurs, l'organisation du Peuple en Lutte tourne en dérision ces nouvelles dates annoncées pour la réalisation des élections dans le pays.

"Comment peut-on parler de la tenue des élections honnêtes en Haïti dans une pareille conjoncture ?" se demande l'OPL. Le parti de Gérard Pierre Charles accuse le pouvoir lavalas de chercher à réinstaurer la Présidence à vie dans le pays en imposant la violence sur les secteurs de l'opposition.

Le Mouvement Patriotique Pour le Sauvetage National pense que la population ne devrait pas prendre au sérieux ces nouvelles dates retenues pour l'organisation des élections. Le MPSN pense que le Président de la République est en train d'insulter la nation toute entière, en affichant un tel comportement vis-à-vis des élections.

Pour terminer, Le MPSN fustige le laxisme des autorités face à l'action entreprise nous citons , "par les chimères". En clair, le MPSN attend de voir avant de ses prononcer sur sa participation aux élections.