Rencontre prévue ce 23 février matin entre l'espace de concertation et ceux du KOREGA et de l'ESKAMP. Cette rencontre que le CEP doit arbitrer a pour objectif de trouver une solution dans la crise à Anse d'Hainault. Initialement prévue hier, cette rencontre a été reportée à ce matin. Il s'agit d'une initiative du CEP pour tenter de résoudre le conflit dans la Grand'Anse.

Par cette initiative, le CEP entend pousser les deux parties à trouver un compromis pour permettre la reprise du processus électoral à Anse d'Hainault. A quelques heures de cette réunion, le Président du CEP invite les membres de l'Espace de Concertation et du KOREGA à mettre de côté leurs intérêts personnels pour sauver les élections dans cette ville. Me Léon Manus réaffirme que le scrutin doit se tenir à travers les 9 départements géographiques du pays. Le Président Manus précise que le CEP entend jouer un rôle d'arbitre dans le cadre des discussions qui s'ouvrent ce matin sur la complexe situation d'Anse d'Hainault. La crise électorale à Anse d'Hainault représente depuis 3 mois un véritable casse-tête pour le CEP. Les membres de l'institution électorale qui s'étaient rendus dans cette ville au début du mois avaient promis de trancher ce différend, toutefois celle-ci se fait encore attendre. Les partisans du KOREGA continuent de réclamer le limogeage du Président du BED de Jérémie et de la Présidente du BEC d'Anse d'Hainault. L'Espace de Concertation a rejeté cette solution tout en appelant la justice à agir contre les auteurs des actes de violences dans ce département.