Le secteur privé et les organisations de la société civile font cause commune pour l'aboutissement du processus électoral. Ces organisations estiment qu'il est plus que temps pour le pas de retrouver la voie de la stabilité . Elles encouragent la population à voter en toute maturité aux élections de dimanche.18 organisations du secteur privé et de la société civile ont appelé la population à excercer son droit de vote le 21 mai et le 25 juin dans le calme, la discipline et le respect du citoyen. Dans une déclaration conjointe, ces organisations estiment que les conditions sont réunies pour que les élections soient une réussite nationale. Elles devront permettre la stabilité politique en Haïti, condition indispensable au développement économique et social, rappelle les conférenciers. Nous avons nos cartes et nous allons voter et observer le scrutin du 21 mai ont déclaré presqu'en choeur les représentants de l'ADIH, la CCIH, le CLED, entre autres. Le secteur privé se dit toutefois confiant que les élections se dérouleront dans des conditions de sécurité, misant sur les déclarations et promesses faites par les différents responsables de police.Très actif, ces 18 représentants de la société civile et du secteur privé assurent la population haïtienne qu'elle ne sera pas seule dans les bureaux de vote le 21 mai prochain. Au bout de 15 mois d'incertitude ponctuée notamment de violence électorale, le secteur privé parvient à croire que les conditions sont réunies pour que les élections soient une réussite nationale.Les fonds internationaux gelés faute d'institution démocratiques, de stabilité politique indispensable au développement économique et social, entre-autres, et les enjeux dans le cadre de ces élections sont énormes. Près de mille observateurs pour 45 organisations de la société civile devront silloner les 11 départements électoraux le 21 mai. L'initiative est non-partisanne selon les conférenciers qui soutiennent toutefois dans le secret des candidats ou des partis. La société civile n'a pas omis de rappeler à la communauté internationale la rigueur qu'elle avait fait montre lors du coup d'Etat de 1991 et sa lutte en faveur de la démocratie et souhaite qu'elle fasse de même à l'occasion des législatives et locales.